Comment changer sa réalité?

En se changeant sois-même.

Bim – Bam- Boum!

L’article est fini.

Je sais que tu sais que c’est loin d’être aussi simple.

Alors attend je te raconte

Depuis quelques temps je ressentais comme un malaise.

Au début je ne comprenais pas d’ou ça venait. Portée par toute mes dernières lectures j’ai déployé des trésors d’énergie pour mettre en place la « New Me »

Réveil à 4H30 du matin, sport lecture en tout genre, autosuggestion (d’ailleurs je te prépare un article dessus aussi)… Bref tout ce qu’il fallait pour atteindre mes nouveaux objectifs.

Depuis Juillet je suis au tacquet, je ne lache rien.

Pourtant ce week-end, dans un état de fatigue mentale et physique avancé, j’ai capitulé. Forcée d’admettre que l’ancienne moi était encore vivante au fond de moi.

Mais qui est donc cette ancienne moi ? Un être capricieux qui se défile devant ses responsabilités et déteste attendre.

Cette moi impatiente et impétueuse est belle et bien toujours là. Et c’est elle qui est à la base de mon insatisfaction .

Cette insatisfaction a mûri en moi tout doucement ces trois derniers mois.

Mes proches et moi avons eu à vivre des défis si exténuants que je n’ai eu d’autres choix que d’aborder ma vie sous un angle différent. J’ai commencé à réfléchir au sens de ma vie. Cet été, j’ai vraiment fait un travail de fond pour déblayer mes idées, mes aspirations, et arrêter définitivement ce que je veux de la vie pour les quelques années à venir.

Toute excitée que j’étais par cette direction enfin définis, j’ai commencé à être frustré que ma vie ne soit pas encore ce que je souhaite.

Bien entendu quelques événements malheureux et quelques bêtises personnelles n’ont pas arrangé la situation. Ces frustrations sont devenu si violentes qu’elles se sont transformé en colère.

Et quand le rythme des obligations professionnelles et sociales s’est intensifié je me suis noyé complètement dans le désespoir.

J’étais si occupé à m’impatienter de pouvoir atteindre et vivre mes objectifs que j’ai oublié tout le chemin parcouru.

Le chemin parcouru dans mes entreprises personnelles, les victoires qu’elles m’ont apportées. Mais aussi le chemin parcouru en couple avec mon mari.

Toutes ces épreuves intenses qu’on a traversé ensemble.

Tout ce vécu commun qui nous revelé à nous mêmes mais également l’un à l’autre.

Peu importe ce que l’un où l’autre vivait, dès l’instant où on s’est rapproché, on a toujours traversé nos épreuves ensemble. On s’en est sorti ensemble. Ensemble a été notre force dès le moment où notre couple a existé.

Mon esprit est devenu si flou, qu’à un moment j’ai même commencé à le considérer comme un ennemi, la raison de mes difficultés.Alors que c’est mon ami. C’est le seul vrai et sincère ami (masculin :-p) que je n’ai jamais eu. Le seul !

Sans chercher à me dédouaner de mon attitude ça me rappelle un passage du livre de Napoléon Hill : Outwitting the Devil ou Plus malin que le diable pour les francophones. Le diable lui même ( réelle où imaginaire, l’auteur ne le précise pas) proclame dans son interview que les disputes et les reproches incessants sur des sujets comme l’argent où les activités sociales sont des outils qu’ils emploient pour maintenir les époux dans l’habitude de dériver. C’est-à-dire à procrastiner sur différents sujet et ne jamais atteindre les objectifs qu’ils se sont fixé.

Pourtant au travers de l’exemple du mariage de l’auteur il explique aussi comment cette union peut être une réelle force. Une force de protection et une force de motivation pour réaliser des projets et se réaliser en tant que personne. Mais quand les époux s’opposent alors ils deviennent leurs pires ennemis et bientôt ils ne leurs restent aucune énergie pour gérer leur quotidien et encore moins pour améliorer le monde.

Comme je disais j’ai oublié qui j’étais devenu grâce à ses périodes difficiles

Au moment où je vous écrit ces lignes je regarde aussi la mini série un Decoding Bill Gates sur Netflix. Et j’écoute une personne de leurs entourage qui expliquant qu’il ne comprends pas comment Bill fait pour ne jamais critiquer sa femme. Il n’a aucun souvenir de l’avoir entendu critiquer sa femme et il trouve ça d’autant plus surprenant qu’ils travaillent ensemble : mari et femme.

Ça étonnait la personne interviewée car presque tout le monde a l’habitude de se plaindre de son époux. Moi aussi j’ai failli prendre cette mauvaise habitude. Et ce passage me frappe. Car toute critique vise à corriger un événement passé or on ne peut changer le passé . Et d’autre part cette personne, mon mari est la personne la plus importante de ma vie. J’ai mélangé ma vie mes finances mon histoire, mon avenir mon sang à son sang son histoire son avenir… à lui. Et quand je m’en plainds à une personne qui n’est pas lui, et d’une façon non constructive je me fragilise moi-même. Je fragilise tout mon avenir et tout ce que j’ai construit.

Dans cette instant de lucidité je réalise à quelle point je suis encore mon ennemi le plus redoutable.

L’auto sabotage, les unions disfonctionnelles sont devenus si courant dans cette société qu’on a tous oublié à quelle point nous nous fragilisons nous mêmes par ce genre de comportements.

Mais ce n’est pas parce qu’une habitude est répandue qu’il s’agit d’une bonne habitude.

En petite fille impatiente je veux agiter une baguette magique pour changer ma réalité. Mais l’univers… Dieu pour les uns, la vie pour les autres ne fonctionne pas comme ça.

Pour vivre une nouvelle réalité je dois devenir une nouvelle moi. Et m’impatienter, me vexer, me décourager, pleurer ne va rien changer.

Dans ce moment de lucidité je réalise que tout ces feux me transforment me conduisent à celle que je veux devenir. Je vais le devenir en route et pas lorsque j’aurai coché la case avoir ceci où avoir cela.

Dans ce moment de lucidité je réalise que l’univers m’écoute et qu’il me répond en me donnant l’opportunité de devenir ce que j’ai demandé à être.

J’ai mal bien sure, je pleure sur commande.

Dans un moment de lucidité je suis pleine de gratitude pour cette opportunité de continuer d’évoluer.

Dans un moment de lucidité, j’embrasse ce chemin vers une nouvelle version de moi.

Voilà comment je change ma réalité, voilà comment je me change. J’accepète chacun de ces défis douloureux car ils développent en moi un nouveau charactère.

Je ne résiste plus. J’accepte.

Et vous?

Comment ça va en ce moment sur votre chemin vers une vie libre?

J’ai planché sur un podcast « 3 actions concrètes à mettre en place pour changer sa réalité «. Si tu veux le recevoir gratuitement contacte moi Par ici

Publié par Le Blog De Fens

Passionnée de belles choses, j'ai créé ce blog pour partager mon univers et m'exprimer sur les sujets qui m'intéressent.

2 commentaires sur « Comment changer sa réalité? »

  1. Dès lors qu’on se focalise uniquement sur soi et nos objectifs, nos envies, cela change tout car le changement doit s’opérer en nous et non à l’extérieur de nous. Bien sûr cela dépend des situations, s’ils y en a vraiment qui sont invivables, là il vaut mieux chercher à changer cela avant quoi que ce soit. Je l’ai appris au fur et à mesure 😊 Bisous 😘

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :