Positive attitude en réseaux.

Bonjour,

Ça fait longtemps.

En ce moment j’ai pas mal de casseroles sur le feux et ça risque bien d’être ainsi jusqu’à la fin de l’année.

J’ai lu l’article de Norma Wallace « laissez nous être pessimiste » . Et j’ai eu envie de réagir. Elle est écœuré par ce trop plein de » positive attitude » qui bourgeonne sur les réseaux. Comme une obligation d’être heureux à tout moment, sans raison.

Je ne sais pas si je suis d’accord avec elle. Mais je trouve qu’elle met la lumière sur quelque chose de vraiment intéressant. Quelque chose qui illustre au fond jusqu’où va la « fakerie » du monde dans lequel on vit.La positive attitude, les ambitions, les réussites, les « avant-après », les quotes et les mantras. Tout ceci n’est peut-être qu’une nouvelle drogue de la société. Après nous avoir gavé de bien de toute sortes, après nous être mis la corde au cou par des crédits hypothécaires et autos, on veut aujourd’hui marketer le bonheur, le succès .

Sous couvert de photos Instagram, de filtres et de followers on nous vend du vent.Et si les nouveaux paradis artificielles portaient le nom LinkedIn, Facebook, snapchat? Il fut un temps où l’homme c’était  » je pense donc je suis » . Aujourd’hui c’est « je snap donc je suis » . Je dirais même  » tu me follow donc je suis » .

Vide de sens, de valeurs, sans repères l’humain suit, persuadé de briller de la lumière de ses influenceurs, il follow.

Mon mari m’a dit dernièrement, tu sais personne ne publie ses fins de mois difficiles , son boulot peu stimulant, ses disputes où ses deuils.

Chacun vient montrer sa vie sociale rempli de cocktails déjantés dans les bars de sa ville même si c’est avec des collègues dont il ne sait pas grand chose. Tout le monde veut faire des photos devant une « fancy car » même si en réalité c’est la voiture de sa mère. Tout le monde veut paraître. Les autres doivent savoir que je vais bien.

On veut vendre, on veut se survendre et devenir sa propre marque. Dans un monde où on est prêt à tout pour un like. Le marketing du bonheur est le nerfs de la guerre. Si je vais mal, où pire si j’ai une vie normale avec ses hauts et ses bas, je suis rejeté.

Pour être « liké » et « followé ». Je dois être un « quote ». Ma vie se doit d’être un rêve à chaque instant.

En conclusion, je ne pense pas que la positive attitude soit néfaste. Par contre il faut accepter que le flux de nos vies nous apportent des raisons d’être positifs et des moments de pertes, de deuils, d’échecs.

Apprenons, non pas à faussement se réjouir dans le malheur, mais à accepter que la vie a ses drames.

Se mettre en colère, pleurer, dormir se disputer se réconcilier où pas. Tout ça c’est embrasser la vie. Il n’y a pas que les rires les chants et les vacances qui sont vivre. Même le négatifs c’est vivre et ce négatifs est tout aussi utile que les moments heureux. Parce que c’est à la suite de ça qu’on se réinvente, on évolue.

Vous en pensez quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close